Sports motorisés: caractéristiques

Course à voile : la Mini Transat

Une course à voile ne consiste pas à faire un tour en mer à grande vitesse avec le bateau qui vous convient. Pour pouvoir concourir, l’engin utilisé pour cette compétition doit répondre à certaines normes. En voici un exemple.

La « Mini Transat », la plus connue de toutes

La Mini Transat est une course mythique à voile qui se déroule en solitaire sans la moindre escale. Elle mène le pilote de la Bretagne aux Antilles.

La taille du bateau utilisé ne doit pas dépasser une certaine marge au risque de se faire disqualifier. Le pilote doit rester en alerte constante car son bateau peut avoir à surmonter des secousses et se renverser. La Mini Transat se réfère à de nombreux autres critères qui réglementent chaque épreuve de son début à sa fin.

Qui peut participer à une Mini Transat ?

Le goût de l’aventure et l’envie de gagner peuvent conduire à participer à une course de « Mini Transat ». Le temps passé sur la mer peut vite devenir lassant si le pilote n’est pas suffisamment préparé d’autant plus que le confort ne sera pas au rendez-vous. Les pilotes en confrontation doivent pouvoir faire preuve de solidarité en pleine mer en cas de possibilité d’assistance à un adversaire en danger.

Dans tous les cas, l’aménagement du bateau ne doit pas être pris à la légère. Le bateau certifié Imoca se dédie à cet évènement. Le pilote qui concourt doit avoir un permis de circulation en mer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *